enregistrerfermerprécédentsuivant
zoom

Après l'écriture


A. La protection


138 - J'aimerais savoir dans quelle mesure un scénario est protégé.

Un scénario est protégé dès lors que vous le faites enregistrer par la SACD ou la SGDL. Mais attention, leur rôle n'est pas de vérifier que personne ne vous plagie ou ne vole vos idées. Leur enregistrement sert uniquement de preuve par rapport à la date du dépôt de l'oeuvre. Et le premier à avoir déposé un scénario est considéré, en cas de conflit, comme son réel auteur.

139 - Avant de présenter un scénario à un producteur, est-ce nécessaire de le déposer à une société de droit d'auteur ?

Oui, c'est impératif. C'est votre seule sécurité en cas de pillage de votre scénario. Cela étant, contrairement à ce qu'imaginent nombre d'auteurs, les vols de scénario sont rarissimes.

L'idéal est de vous adresser à des organismes tels :

* La S.A.C.D Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques.
9, rue Ballu 75009 PARIS
Tél. : 01 40 23 44 44 ou 01 42 82 19 16

* La S.G.D.L Société des Gens De Lettres.

38, rue du faubourg Saint-Jacques 75014 PARIS
Tél. : 01 40 51 33 00

Ils vous indiqueront leurs tarifs pour la protection. Il est d'environ 50 euros pour 3 ans, quel que soit le nombre de pages de l'oeuvre.

140 - Concernant la protection d'un scénario, la méthode de la lettre recommandée marche-t-elle réellement ?

Elle n'est - à ma connaissance - pas reconnue juridiquement.

141 - Je souhaite vendre mon scénario à l'étranger. Comment faire pour le protéger ?

Pour ce qui est de la protection mondiale, j'ignore comment cela se passe dans le détail mais la SACD et la SGDL, qui s'en occupent pour la France, sauront certainement vous répondre. N'hésitez pas à les contacter.

142 - Est-il possible de protéger un synopsis ?

Tout dépend de sa longueur et de son contenu. Une idée n'est pas protégeable, quelle qu'elle soit. La question est alors de savoir à partir de quand un écrit peut l'être. En règle générale, plus votre synopsis s'approchera d'un traitement (histoire complète et assez détaillée) plus il sera protégeable. Mais il n'existe pas de vérité absolue à ce niveau.

143 - Je termine un scénario tiré d'un livre. Les producteurs peuvent-ils s'approprier mon idée et du même coup mon scénario ?

Nul ne pourra s'approprier votre idée... puisqu'elle ne vous appartient pas. En d'autres termes, n'importe qui peut se mettre d'accord avec l'auteur du livre et en acheter les droits sans que vous ne puissiez réclamer quoi que ce soit.

B. Les producteurs


144 - Quels sont les rôles respectifs du producteur et du réalisateur ?

Globalement, le producteur est responsable du financement du film et de sa faisabilité. Le réalisateur, lui, s'occupe du tournage. La réalité est un brin plus complexe, mais, schématiquement, c'est ainsi que cela se passe.

145 - Pouvez-vous m'indiquer la procédure pour qu'un scénario se termine en film ?

Il n'y a rien de plus facile. Une fois votre scénario achevé, envoyez-le à des producteurs. Vous ne pouvez objectivement rien faire de plus. Finalement, c'est l'étape la plus simple de tout le processus.

146 - Quels sont les critères fondamentaux qui donneront envie aux producteurs de continuer à lire un scénario après la dixième page ?

Souvent, la première des choses que vérifient les producteurs est qu'ils ont bien un scénario entre les mains, et non un roman ou une nouvelle. Ils partent du principe - juste - que qui ignore les règles d'écriture d'un scénario en ignore également la dramaturgie. Après, le producteur s'attache à voir si l'histoire ne s'éternise pas en prémisses. Le premier Noeud Dramatique Majeur devant apparaître dans les 10 ou 12 premières pages.

147 - A quelles adresses pourrais-je envoyer mon scénario ?

Aux producteurs susceptibles d'être intéressés par votre scénario. Pour cibler vos envois, je vous recommande de rechercher le nom des producteurs sur les génériques de films du même genre que le vôtre.

148 - J'aimerais envoyer mon scénario à Samuel Hadida, mais il m'est impossible de trouver son adresse. C'est pour cette raison que j'aimerais savoir s'il existe un site Internet répertoriant les adresses de producteurs voire les maisons de productions.

Généralement, les producteurs ne se cachent pas et se trouvent tout simplement dans l'annuaire. Par contre, ne confondez, pas dans vos recherches, "producteur" et "maison de production". Pour contacter Samuel Hadida, essayez d'écrire à www.metrofilms.com.

149 - Ne pensez-vous pas qu'on réussit dans ce métier avant tout par ses rencontres et ses connaissances ?

Le fait d'être pistonné ne sert strictement à rien dans le métier de scénariste. Personne ne misera plusieurs millions d'euros sur quelqu'un juste parce qu'il est le fils de telle ou telle célébrité. Par contre, il est indéniable que le fait d'avoir quelques entrées permet d'être lu plus rapidement et de trouver plus facilement à qui s'adresser. Mais cela ne va pas plus loin. Je puis vous l'affirmer.

150 - J'aurais aimé savoir de quelle manière s'adresser à une société de production. Faut-il envoyer un CV ?

Il n'y a pas de façon particulière de s'adresser à un producteur. La seule chose que vous ayez à faire est de lui envoyer votre scénario. Le CV, souvent, ne sert pas sauf, éventuellement, s'il est particulièrement fourni en références scénaristiques... mais même dans ce cas, c'est avant tout le scénario qui compte. Un producteur vérifiera la structure de votre scénario puis il jugera en fonction de ses goûts personnels et de la foi qu'il aura en l'éventuel succès du film.

151 - Y a-t-il besoin d'un diplôme pour envoyer un scénario à un producteur ?

Non. En tant que scénariste, vous ne postulez pas à un emploi. Vous proposez une oeuvre qui deviendra "produit" à quelqu'un dont le métier est (entre autres) de déceler la viabilité d'un projet. Aucun diplôme ne fait vendre un scénario.

Par contre, en prouvant que vous avez suivi des cours de dramaturgie scénaristique vous augmentez beaucoup vos chances. Mais cela, un producteur le remarque assez rapidement en lisant un scénario.

152 - Y a-t-il des agents pour scénaristes ?

Oui, il en existe mais à ma connaissance ils ne travaillent qu'avec des scénaristes reconnus. Rien pour les débutants donc.

153 - Comment savoir si un scénario est plus destiné au cinéma qu'à un unitaire télé ? Dans le doute, est-ce judicieux d'envoyer en parallèle aux producteurs de télévision et de cinéma le même scénario ?

Absolument. Même si certains codes différencient la façon d'aborder un scénario destiné à la télévision et un scénario destiné au cinéma, il s'avère que, souvent, un même script peut ouvrir sur les deux supports. Si vous hésitez, c'est certainement que le traitement de votre histoire peut correspondre aux deux. Dans ce cas, envoyez-le autant aux producteurs cinéma qu'aux producteurs télé.

154 - Comment construire un synopsis ?

Un synopsis se construit en fonction des événements majeurs de l'histoire. Ce sont eux que vous devez faire vivre et mettre en avant. Un synopsis, finalement, c'est un futur film que vous racontez. Et c'est ainsi qu'il doit être écrit. Les séquences ne doivent pas y figurer et les descriptions se limiter à l'essentiel. N'y ajoutez pas non plus de dialogue. Mais vous avez droit au discours indirect.

155 - Quelle doit être la longueur d'un synopsis de long métrage (les ouvrages divergent à ce sujet) et doit-on y révéler l'intégralité de l'histoire ? D'autre part, est-il préférable d'envoyer un synopsis à un producteur plutôt que le scénario achevé ?

Concernant le synopsis, il est vrai que les ouvrages divergent quant à sa longueur. Cela est dû au fait que rien n'a réellement été normalisé à ce sujet. C'est d'ailleurs pour cela que les organisateurs de concours de scénarios stipulent toujours le nombre de pages des synopsis à leur envoyer. Cependant, la pratique nous enseigne quotidiennement qu'un synopsis de long métrage, pour être suffisamment clair et probant sans sombrer dans la folie des détails, doit comporter de 7 à 15 pages.

Un synopsis, pour mériter ce nom, relate l'intégralité des événements majeurs de l'histoire. Si vous ne voulez pas en dévoiler la fin, il conviendrait plutôt d'écrire une forme de "pitch" (une page maximum) ou un "incitatif" (une ligne à deux pages) qui ressemble davantage à un outil marketing qu'à un résumé.

156 - Quelles règles sont communément admises concernant la constitution du dossier d'accompagnement d'un scénario ? Faut-il joindre une note d'intention ? Cet exercice se décline-t-il différemment selon que l'on répond à un concours, une demande d'aide ou que l'on adresse un scénario à une production ?

Il n'existe malheureusement pas de règle absolue. La note d'intention n'est pas obligatoire, sauf lorsqu'elle est demandée pour un concours.

157 - Que doit contenir précisément la note d'intention ?

Pour ce qui est de la note d'intention, sa destination originelle est de laisser place à l'auteur pour s'épancher quant aux mobiles variés de son écriture. C'est là qu'il expliquera pourquoi son histoire lui tient tant à coeur, quel lien elle a avec son vécu, etc. Mais bien des scénarios sont écrits simplement par "jeu". Parce que l'auteur pense avoir une réelle bonne idée de film, sans avoir pour autant d'autre intention que de distraire le public. C'est pourquoi le fait d'exiger une note d'intention me semble aberrant. Les producteurs, d'ailleurs, ne l'exigent jamais.

158 - Envoyer aux producteurs un synopsis d'une dizaine de pages avec note d'intention (projet à destination cinéma), est-ce une démarche efficace, ou bien les producteurs ne lisent-ils que les continuités dialoguées ?

Non, les producteurs ne lisent pas que les continuités. Par contre, dans certains genres, comme la comédie, il est parfois plus facile de se faire entendre avec une continuité dialoguée puisqu'elle vous permet de mieux faire passer la veine comique (situation, dialogues, etc.)

159 - Quelles règles essentielles sont à respecter pour l'écriture d'un traitement ? Doit-on bannir tout dialogue ?

Un traitement est une version très complète de votre histoire. Mais sans dialogue. Par contre, vous avez droit au discours indirect : " il dit que... elle répond que... "

160 - Est-il possible de vendre une idée ?

Sauf rarissime exception, il est impossible de vendre une idée. Ce qu'attend un producteur, c'est un traitement donc une idée développée.

161 - Puis-je envoyer un scénario de 8 pages écrites à la main ?

N'envoyez jamais rien de manuscrit. Personne ne vous lira. Ensuite, le nombre de pages, tel que vous le formulez, n'est pas un critère en soi. S'agit-il d'un scénario ou d'un synopsis, pour long ou court métrage ?

162 - Peut-on envoyer aux producteurs une histoire sous forme de nouvelle plutôt que sous forme de scénario ? Autrement dit, si l'histoire accroche, le producteur peut-il prendre l'initiative d'en faire écrire le scénario par un scénariste de son choix ?

Tout est possible, mais vos chances d'être lu sont assez minces. Essayez au moins de transformer votre nouvelle en synopsis ou, mieux, en traitement.

163 - J'ai écrit un roman policier qui a la chance d'être édité. Est-il envisageable qu'un producteur le lise tel quel et en propose éventuellement une adaptation ? Faut-il nécessairement envoyer un scénario à un producteur ?

La règle, effectivement, voudrait que vous fassiez parvenir un scénario à un producteur. Cela étant, si votre roman connaît un réel succès en librairie, il reste possible qu'un producteur s'y intéresse.

164 - Vaut-il mieux envoyer à une production un traitement ou un scénario ? Les avis divergent sur cette question.

Et les avis continueront à diverger. Il n'y a pas de réponse exacte ou sûre à votre question. La seule recommandation que je puis vous faire est de vérifier au préalable si votre intrigue est plus ou moins intéressante avec ou sans ses dialogues. Pour une comédie, par exemple, un scénario complet me semble idéal à envoyer. Pour une intrigue policière, cela est moins vrai.

165 - Peut-on envoyer un synopsis à plusieurs sociétés de production par Internet ?

Non. Vous ne seriez pas lu. Internet est un outil réservé à la communication entre tiers se connaissant déjà et ayant convenu par avance de dialoguer par ce truchement.

166 - Doit-on envoyer le même scénario à plusieurs producteurs en même temps ?

Cette question est très délicate. Légitimement, personne ne peut vous en vouloir de tenter votre chance auprès de plusieurs producteurs en même temps. Cela étant, il est vrai aussi que les producteurs intéressés par un projet n'aiment souvent pas que celui-ci ait trop circulé. Par ailleurs, n'oubliez pas qu'il peut être intéressant d'avoir le retour - même négatif - d'un premier producteur afin de voir ce qui ne lui a pas plu et, le cas échéant, de retravailler votre scénario avant de l'envoyer à une autre production.

167 - J'écris un scénario de film qui pourrait être décomposé en 3 longs métrages type "Le seigneur des anneaux". Pour présenter mon projet à une maison de production, faut-il que j'envoie les 3 synopsis ou dois-je n'en envoyer qu'un et attendre une réponse favorable pour envoyer les autres ?

Le problème sous-jacent de votre question est celui de "l'ambition" du projet. Cela ne signifie pas qu'il soit infaisable. Ne le connaissant pas, je ne puis juger, ni préjuger de rien. Cependant, plus une oeuvre exige de moyens, de temps et de développement, plus il devient complexe de la placer. Mon avis serait d'envoyer le scénario du premier volet de votre histoire en lui joignant le synopsis des deux épisodes suivants.

168 - Quel est le profil des producteurs susceptibles d'être intéressés par un pool d'auteurs ?

Si les producteurs sont, pour la plupart, assez ouverts à la notion de pool, il ne faut pas oublier que ce qu'ils jugent avant tout, c'est un projet. Après, que vous soyez seul ou quinze à l'écrire, cela ne joue pas dans leur décision.

169 - J'aimerais savoir si les scénarios écrits en français sont acceptés par les producteurs américains.

Écrire pour le cinéma américain est certainement l'un des fantasmes que je retrouve le plus régulièrement chez les auteurs. Et je constate souvent, en lisant le scénario, que rien ne justifie une production américaine. Sans chauvinisme aucun, il faut savoir qu'en France nous possédons tous les outils, toutes les structures et tous les savoir-faire permettant d'obtenir les mêmes résultats qu'aux États-Unis. Le seul problème, si problème il y a, concerne les oeuvres de science-fiction. Non pas qu'elles soient impossibles à réaliser en France (les Américains se servent d'ailleurs souvent de nos studios) mais le public exige qu'un film de science-fiction soit estampillé américain pour se rendre en nombre dans les salles.

Pour en revenir plus directement à votre question, je pense effectivement que pour s'adresser à des producteurs américains, il est réellement préférable de s'adresser à eux dans leur langue. Mais là encore, il n'y a pas de vérité absolue. Des contre exemples doivent exister, mais ils ne font que confirmer la règle.

170 - J'ai écrit un livre que j'ai pratiquement vendu aux U.S.A. Où proposer mes autres synopsis adaptables seulement en France ? Je précise que mes affirmations ne sont ni des illusions, ni des spéculations.

Je ne doute pas une seconde de votre bonne foi. Cependant, tout un monde existe entre "pratiquement vendre" et "encaisser un chèque". Et c'est dans cette nuance, je crois, que se trouve tout l'intérêt de votre question. Ne pas prendre pour vessies ce qui ressemble à des lanternes doit être l'un des premiers préceptes de tout scénariste.

Concernant vos synopsis "seulement adaptables en France", il me semble que vous mettez ici une restriction qui ne devrait pas avoir lieu d'être. Pourquoi la France, et donc les Français, seraient seuls au monde à accepter vos idées ? La dramaturgie générale a pour règle d'or de se vouloir universelle.

Pour répondre plus précisément à votre question, vos synopsis doivent être proposés à des producteurs. Mais ne leur dites pas qu'ils ne concernent que la France.

171 - Je suis algérien et j'ai écrit plusieurs scénarios. Je désire les soumettre à des organismes français. Que dois-je faire ?

Plusieurs organismes, en France, doivent s'occuper des liens France-Algérie, ou plus généralement France-Afrique. Je ne les connais malheureusement pas tous. Par contre, et il s'agit du plus important, je vous conseille de contacter le CNC à la Direction des affaires européennes et internationales

Jacqueline Ada (Poste 38 17)
mail : jacqueline.ada@cnc.fr
3, rue Boissière - 75116 Paris

172 - Si l'on connaît un réalisateur pour produire son film, est-on obligé de passer par un producteur ?

Attention. L'énoncé même de votre question est antinomique. Un réalisateur ne produit pas de film, il le réalise. Cependant, si vous connaissez un réalisateur intéressé par votre projet, précisez-le aux producteurs lors de votre démarche. Mais, invariablement, il vous faut trouver un producteur.

173 - Quand un réalisateur travaille régulièrement avec un producteur, ne vaut-il pas mieux envoyer le scénario directement au réalisateur ?

Surtout pas. Les réalisateurs qui ont pignon sur rue et porte ouverte chez le même producteur depuis vingt ans, ont également des scénaristes avec lesquels ils ont l'habitude de travailler. Bien entendu, tout est possible, mais il est toujours plus complexe d'arriver à destination en prenant les routes dans le mauvais sens.

174 - Lorsqu'on écrit un scénario en pensant à certains acteurs, vaut-il mieux les contacter avant de s'adresser aux producteurs ?

Il existe en France une notion qui nous vient des Etats-Unis. Il s'agit de celle d'acteurs dits "bancables". C'est à dire qui à eux seuls assurent le succès commercial d'un film (ou presque). Je citerais Gérard Depardieu, Christian Clavier, Jamel Debbouze, etc. Mais, sauf d'obtenir l'accord de l'un d'eux, l'idéal est de passer d'abord par le producteur. C'est la voie la plus naturelle.

175 - J'ai adressé mon scénario à deux acteurs connus qui sont vivement intéressés par les deux rôles principaux. Dois-je le préciser au producteur ? Aurais-je dû trouver le producteur avant les acteurs ?

Il est vrai que vous avez effectué vos démarches en sens contraire du parcours habituel d'un projet. Mais, si vos deux acteurs sont réellement très connus, cela pourra toujours être un atout.

176 - J'écris actuellement un scénario d'anticipation - action sur l'art. Pourriez-vous me donner des conseils pour joindre des producteurs susceptibles de lire mon synopsis ?

A ce type de question, mon conseil sera toujours le même : allez-y au feeling. Envoyez votre scénario à des producteurs dont vous avez apprécié les derniers films. Et, si possible, expliquez-leur pourquoi vous leur accordez votre confiance et en quoi vous avez aimé leurs dernières productions (mais sans en rajouter dans la pommade).

177 - J'ai écrit un roman de science-fiction ; est-il préférable d'essayer de le faire éditer avant de chercher à écrire le scénario ou l'inverse ?

Il n'y a pas de règle. Sachez simplement que la science fiction, à ne pas confondre avec le fantastique, est assez difficile à produire en France.

178 - J'ai déjà écrit 215 pages comprenant 245 séquences et je n'en suis qu'a la moitié du scénario. Le film commence avec une longue séquence, agrémentée d'une voix off qui présente les personnages et raconte de petites anecdotes. Vu la durée habituelle des scénarios, ne suis-je pas entrain de perdre mon temps ?

L'invendable pur n'existe pas. Disons qu'il y a des parcours plus aisés que d'autres. Après, tout dépend de la qualité de votre travail. Il est évident que votre récit paraîtra trop long. Pour mille raisons, notamment les goûts du public et les problèmes d'exploitation en salle, il est rare qu'une oeuvre, hors blockbuster, dure plus de deux heures. A moins de faire "Titanic" !

179 - Certains producteurs se limitent-ils à un seul genre de films ?

Chaque producteur a son fonctionnement et il est dangereux de vouloir en tirer des généralités. Il y a ceux qui se cantonnent à un seul et unique genre et ceux qui veulent placer leurs pions dans tous. L'idéal, pour savoir à qui envoyer votre scénario, reste tout de même de puiser dans le vivier de ceux qui ont déjà travaillé pour des films de même genre. Cependant, cela n'empêchera pas d'autres producteurs de vouloir se renouveler.

180 - Nous avons écrit un scénario fantastique qui a l'air très coûteux. A-t-il un espoir de séduire un producteur en France alors que c'est notre premier film ?

A la limite, si vous m'aviez parlé de votre projet avant de commencer son écriture, je vous aurais conseillé de partir sur quelque chose de plus simple à produire. Mais, maintenant que c'est fait, ne suivez plus aucun conseil démoralisant et foncez, foncez, foncez ! L'histoire du cinéma est, fort heureusement, faite de contre exemples.

181 - Ecrire un "film d'auteur" quand on n'est ni réalisateur, ni producteur, relève de l'exploit. Mon scénario est traité comme tel. Je sais que c'est un bon sujet et qu'il mériterait d'être travaillé. Comment faire ?

Le film d'auteur possède un statut très particulier en France. Autant nous adorons nous targuer de notre exception culturelle, autant les chemins permettant aux auteurs en marge de s'exprimer, s'avèrent paradoxalement étroits. Non pas que je veuille pourfendre le système français - il reste objectivement le meilleur au monde dans ce domaine - mais il est indéniable qu'une forme d'hypocrisie tend à s'installer, perfidement, à l'égard du film intimiste. Passé ce préambule, venons-en à des choses plus concrètes. Pour réussir à faire votre film, je ne vois d'autre solution que de le réaliser vous-même. C'est un peu le passage obligé, bien qu'absurde, pour un film d'auteur. En fait, en France, film d'auteur implique obligatoirement la notion de scénariste-réalisateur. Ce qui est une aberration, tant les deux métiers sont différents et ne font pas appel aux mêmes qualités artistiques.

Eventuellement, vous pouvez demander une "avance sur écriture" au CNC puis, l'ayant obtenue, expliquer votre situation à un producteur. Mais plus simple serait d'écrire un court métrage, éventuellement en lien avec votre long, de le présenter à un producteur, de le tourner vous-même pour devenir ensuite le propre réalisateur de votre long métrage. Je sais, ce n'est pas très simple, mais dites-vous bien que ce qui est souvent le plus décourageant est d'imaginer le chemin à parcourir, alors qu'il s'agit en fait d'aligner les pas un à un. Courage. Vous y arriverez !

182 - J'ai écrit un scénario de film d'horreur à sketch, ce qui est déconseillé pour un débutant. Dans ce cas, dois-je le mettre de côté pour le moment et le proposer par la suite ?

Concernant votre scénario, puisqu'il est déjà écrit, n'attendez pas et tentez votre chance. Rien ne vous empêche par ailleurs, d'en écrire un second dans un genre plus facilement "vendable".

183 - Les productions françaises étant assez frileuses pour les scénarios de type "thriller surnaturel", j'aimerais savoir si l'Espagne était un endroit plus accessible ?

Sincèrement, je ne le pense pas. Et l'exemple d'Amenabar avec "ouvre les yeux" sert de trompe l'oeil... si je puis dire.

184 - Un producteur est particulièrement intéressé par un scénario reçu par la poste. Il contacte le scénariste, mais ne donne plus de nouvelles pendant 4 mois. Le scénariste doit-il récupérer son manuscrit ?

Passé 4 mois, je pense effectivement que le producteur doit vous donner une réponse claire. N'hésitez pas à le contacter pour savoir ce qu'il compte faire de votre oeuvre.

185 - Que pensez-vous des sites américains qui mettent à disposition des scripts aux producteurs moyennant finance (par exemples inktip.com ou scriptsales.com) ?

Franchement, je parle sans savoir, mais personnellement, je me méfierais plutôt de la mise à disposition de scénarios sur Internet.

186 - J'ai écrit un roman de nouvelles et l'une suscite des propositions de plusieurs grandes maisons de productions (U.S.A et France). Comment faire pour ne pas me perdre ?

Dans ce cadre là, faites-vous envoyer des propositions de contrat et prenez conseil auprès d'un juriste.

C. L'argent


187 - Quel est le prix de vente moyen d'un premier scénario de long métrage pour le cinéma (90') ?

Il est difficile de donner une fourchette, mais 20 000 à 25 000 euros correspond à ce qui se pratique généralement.

188 - Le prix de vente d'un scénario, entre 20 000 et 38 000 euros, n'est-il pas faible, comparé au travail que demande l'écriture d'un scénario ?

En apparence, peut-être. Mais il est erroné de calculer en ne tenant compte que de ces chiffres. N'oubliez pas qu'en plus de la vente de votre scénario (qui n'est d'ailleurs pas une vente à proprement parler, mais un droit d'exploitation que vous cédez) vous touchez des droits d'auteurs. Ceux-ci vous sont dus sur les places de cinéma, les passages télé de votre film ou téléfilm, les bénéfices faits à l'étranger et, le cas échéant, sur tous les produits dérivés afférents à votre oeuvre.

189 - A combien sont fixés en moyenne les droits d'auteurs sur un ticket de cinéma à 8 euros, ainsi que sur les autres moyens de diffusion ?

Les pourcentages sur les droits d'entrée et autres diffusions sont infiniment variables et dépendent de deux critères : les modalités du contrat signé entre le producteur et l'auteur ainsi que la notoriété de ce dernier. Pour vous donner une fourchette approximative, cela peut aller de 3 à 8 % des bénéfices... à peu près.

190 - Quel est le prix de vente d'un scénario aux USA ?

Aux États-Unis, la fourchette de vente d'un scénario va de 1 dollar US à 10 millions de dollars US. Leur fonctionnement est très différent du nôtre et se base intégralement sur une économie de marché, prenant principalement en compte la loi de l'offre et de la demande.

191 - A combien se négocie un synopsis ?

Un synopsis, en soi, ne se vend pas, ou rarement. Une fois qu'un producteur l'accepte, c'est pour vous demander d'écrire le scénario complet. Cette étape ultime est payée, mais pas toujours au même tarif et, surtout, pas toujours avec les mêmes échelonnements quant au paiement. Tout est très variable.

192 - Je voudrais savoir quels sont les bénéfices moyens d'un film pour la production et quel est le salaire moyen d'un producteur (en France et en Amérique) ?

Il n'existe malheureusement aucune autre réponse que celle consistant à dire que tout dépend du succès du film produit. En France ou aux États-Unis, nous sommes dans une économie de marché et c'est le marché qui décide de tout cela.

D. Les concours et aides


193 - Quels concours de scénarios sont les plus intéressants ?

Ontologiquement, je ne puis me permettre de porter un avis sur tel ou tel concours.

194 - Pour faire connaître son travail, vaut-il mieux participer à des concours ou envoyer son scénario directement aux maisons de production ?

Dans les concours, il y a de tout. Certains sont infiniment honnêtes et proposent de véritables aides aux auteurs, tandis que d'autres flirtent allègrement avec l'escroquerie. Surtout, avant de participer à un concours, étudiez-en bien les modalités. S'il est stipulé que le lauréat cède ses droits en échange d'un Premier prix et d'un chèque de 2000 euros, c'est de l'escroquerie. N'oubliez pas que le prix de vente d'un scénario (hors droits d'auteurs) est de 20 000 à 25 000 euros pour un débutant. L'idéal est de participer aux concours les plus honnêtes tout en envoyant votre scénario à des producteurs. Finalement, l'un n'empêche pas l'autre.

195 - Je vais participer à un concours d'entrée dans une école de scénariste mais je n'aurai pas le temps de finir mes recherches historiques. Pensez-vous que je puisse simplement mettre une petite note en fin de scénario en précisant que quelques détails historiques restent à vérifier ?

Je vous déconseille de joindre une note qui, bien que très honnête, pourrait vous desservir. Dites-vous bien que ceux qui vous liront en sauront sûrement moins que vous sur le sujet que vous traitez.

196 - Vous dites que le monde manque de scénaristes. Pourtant, à chaque concours, je me heurte à une concurrence sévère. N'est-ce pas paradoxal ?

Vous confondez concours et production, tout comme vous confondez auteur et scénariste.

Ayant eu le loisir d'être juré pour plusieurs concours, je puis vous garantir que dans toute la littérature que nous recevons, rares sont les histoires écrites réellement sous forme de scénario. S'il est vrai qu'un scénariste est obligatoirement un auteur, l'inverse est loin d'être vrai. Peu d'auteurs sont scénaristes.

Ainsi, si les concours sont submergés d'envois d'histoires, au même titre que les maisons de productions d'ailleurs, il reste vrai que nous manquons de réels scénaristes en France... pas d'auteurs livresques, de scénaristes !

197 - Je souhaiterais participer à un concours, seulement je crains qu'une histoire de deux adolescents écrite par une adolescente (17ans), n'intéresse pas. Qu'en pensez-vous ?

S'il y a une chose dont les producteurs se moquent, c'est bien de l'état civil de leurs auteurs. On peut être très mature et très doué à 17 ans, et très immature à 60. Seul votre projet sera jugé. Pas vous.

198 - Puis-je proposer un même scénario à différents concours et/ou bourses d'aide à l'écriture s'ils ont lieu au même moment ? Cela peut-il jouer contre moi ?

Tant que vous n'avez signé aucun contrat d'exclusivité avec quiconque, votre scénario vous appartient pleinement et vous pouvez en faire ce que vous voulez. Et ce ne serait pas la première fois qu'un même scénario remporte plusieurs prix. N'hésitez pas.

199 - Auprès de quels organismes ou fondations peut-on espérer obtenir des aides financières lors de l'écriture d'un scénario ?

Les aides à l'écriture sont dispensées par le CNC. Mais attention, il est indispensable que votre projet soit soutenu par un producteur.
Site de Jean-Marie Roth
Tous droits réservés