enregistrerfermerprécédentsuivant
zoom

La variété des genres


A. Différents styles de scénarios


1. Le court métrage

200 - A quoi sert un court métrage ?

Le court métrage est surtout une école (indispensable) aux réalisateurs. Par contre, en tant que scénariste, vous ne prouverez pas grand chose dans ce domaine. En effet, entre avoir une idée fulgurante, absolument géniale, et gérer toute une dramaturgie, des personnages et plusieurs fils narratifs sur 90 minutes, il y a un monde.

201 - L'écriture du court métrage est-elle différente de celle du long métrage ? Combien de noeuds dramatiques, quelle longueur pour l'exposition,... ?

Le court métrage a cela de particulier qu'aucune règle ne lui est imposée, contrairement au long. Cependant, si vous désirez avoir une histoire réellement construite, vous pouvez vous servir du schéma dramatique du long métrage.

Un 90 minutes se décompose en :

15 min. de prémisses = 1/6 de l'ensemble,
60 min. de développement = 4/6 de l'ensemble,
15 min. de dénouement = 1/6 de l'ensemble.

Un court métrage peut conserver ce rapport.
Ainsi, pour 12 minutes, vous obtenez :

2 min. de prémisses = 1/6 de l'ensemble,
8 min. de développement = 4/6 de l'ensemble,
2 min. de dénouement = 1/6 de l'ensemble.

Dans ce cadre-là, je vous conseille également de respecter la règle des 3 NDM

202 - Je viens d'achever l'écriture d'un moyen métrage de 30 pages et je me doute que c'est peu, pourtant je ne sais quelle séquence appuyer, alourdir ou au contraire survoler. Comment le faire lire par des gens qui pourront m'aider dans l'avancement de mon projet ?

Depuis maintenant un peu plus de deux ans, le moyen métrage n'existe plus.

On parle de court métrage pour un film allant de 1 à 60 minutes. Et de long métrage au-delà.

Selon moi, vous avez tort de raisonner en terme de temps. Pensez uniquement à la justesse de votre scénario. Peu importe le nombre de pages et peu importe que votre film fasse 20 ou 35 minutes. Une fois que le résultat vous semble correspondre à votre intention, envoyez-le à des producteurs de courts métrages.

203 - Peut-il n'y avoir dans un scénario court métrage qu'une seule séquence ?

Absolument. Simplement, plus vous approchez des 59 minutes, plus il vous sera difficile de tenir en une séquence.

204 - Quelle différence y a-t-il entre un scénario de court métrage et une sitcom ?

Les deux n'ont strictement rien à voir. Un scénario de court métrage est une oeuvre fictionnelle à part entière, créée totalement par son auteur, sans aucune contrainte à l'instant de l'écriture.

Le scénario de sitcom répond à une bible très précise, avec des personnages, des lieux et des situations imposés.

205 - Les adaptations de romans sont commandées par les producteurs et donc un auteur ne doit pas décider lui-même d'en adapter un. Est-ce qu'il en va de même pour les adaptations de nouvelles en court métrage ? Un auteur peut-il demander à un producteur de racheter les droits d'un livre pour pouvoir l'adapter ?

Tout est toujours possible, mais je n'y crois guère. N'oubliez pas que le court métrage est avant tout une école de réalisation, pas de scénario. Et que les courts métrages ne sont que rarement rentables. Si bien que j'imagine mal un producteur acquérir les droits d'un livre pour ce format. Mais surtout, dites-vous bien qu'il vous sera très difficile de vous faire passer pour auteur si vous ne parvenez pas imaginer une histoire de court métrage.

206 - Sur quels sites puis-je déposer un scénario de court métrage en ligne afin qu'il soit lu et critiqué par des lecteurs amateurs ou professionnels ?

Sans vouloir porter atteinte à aucun site, je décommande vivement de déposer des scripts sur Internet. De toute façon, les professionnels n'iront pas vous lire sur le web. Et les critiques des amateurs ne vous éclaireront pas forcément. Selon moi, il n'y a pas mieux pour se faire voler une idée que de la diffuser sur Internet. Si vous voulez un avis professionnel sur votre travail, choisissez plutôt de le faire parvenir à des producteurs... Et puis... Sait-on jamais... Cela peut porter ses fruits.

207 - Peut-on vendre un scénario de court métrage ?

Non. Sauf exception rarissime. Le court métrage est avant tout une école de réalisation. Ainsi, il sera toujours demandé au réalisateur d'écrire son propre scénario afin de le mettre en scène. Par ailleurs, le court métrage n'est pas réellement une oeuvre permettant au producteur de générer beaucoup de bénéfices. C'est pourquoi, sur les tournages de court métrage, il est fréquent que l'équipe ne soit pas ou peu rémunérée.

208 - Je voudrais proposer un court métrage à des maisons de production. Mais celles-ci ne répondant qu'à des règles de rentabilité, dans quelles mesures sont-elles capables d'accepter de me produire ?

Détrompez-vous. Les courts métrages ne doivent pas forcément être rentables pour être produits. Ce n'est pas leur vocation première. Souvent, les producteurs acceptent des courts venant de réalisateurs qu'ils jugent talentueux et ayant un projet viable de long métrage.

209 - Existe-t-il un type de lettre pour une demande de production de court métrage ?

Non, la lettre d'accompagnement n'a aucune importance. Seuls la qualité de votre scénario et votre contact avec le producteur (notamment quant à la réalisation) permettront, ou non, d'emporter la décision.

210 - Pensez-vous qu'il soit possible de proposer un scénario pour un court métrage à un réalisateur sans passer par un producteur ?

La réponse à votre question est clairement négative. Il ne faut pas oublier que le court métrage est avant tout une école pour les réalisateurs débutants. Et, dans ce cadre-là, les débutants écrivent eux-mêmes leur histoire.

211 - J'ai écrit deux scénarios de courts. Faut-il que je fasse un choix et que je n'en présente qu'un à la fois au producteur ou, en ayant testé mon interlocuteur au préalable, lui présenter les deux ?

Il n'y a pas de règle absolue dans ce domaine. Cependant, je pense qu'il est difficile de soutenir deux projets auprès de la même personne. L'idéal, selon moi, est de faire un choix. Mais une fois encore, je ne détiens aucune vérité à ce sujet.

212 - J'ai écrit un scénario de long puis un de court métrage, est-ce un problème ?

Vous êtes libre d'écrire ce que vous voulez, quand vous le voulez, dans l'ordre que vous voulez. Simplement, ne tentez pas de vendre deux projets en même temps à un même producteur.

213 - Ayant pour projet d'intégrer la Fémis, pensez-vous qu'il est préférable que je patiente avant de démarcher les producteurs, pour en apprendre un peu plus sur les techniques de réalisation, ou puis-je d'ores et déjà leur proposer mon scénario de court métrage ?

L'un n'empêche pas l'autre. Personne à la Fémis ne vous en voudra d'avoir réalisé un premier court métrage. Et aucun producteur ne vous tiendra rigueur du fait de vouloir entrer à la Fémis.

214 - Pourquoi les scénarios de courts métrages ne sont pas rémunérés mis à part le pourcentage infime sur les éventuelles recettes du producteur ?

Le cinéma coûte cher. Il s'agit d'une industrie de l'Art et personne ne va miser des millions d'euros en sachant qu'il ne rentrera pas dans ses frais. Pour ce qui est du court métrage, les producteurs le prennent davantage pour un investissement permettant à un jeune réalisateur de se faire la main. Pour le scénario, la donne diffère. En effet, si le court métrage est une excellente et incontournable école de réalisation, il ne prouve rien au niveau du scénario. La dramaturgie y est trop succincte.

2. Les fictions TV, séries et sitcoms

215 - La bible doit-elle suivre un canevas précis ? Les personnages et lieux doivent-ils être particulièrement connotés ou peuvent-ils être banals ?

Toute bible, quel qu'en soit le support (animation ou films) se doit d'être très précise sans jamais être gratuite. Tous les éléments concernant les personnages, les lieux, le temps, les situations, etc. doivent s'y trouver de façon précise et objectivement indispensable. Le but, la finalité d'une bible est de permettre à n'importe quel auteur de s'y retrouver de façon suffisamment limpide pour pouvoir écrire un épisode.

Concernant les personnages, communs ou connotés, il est vrai que plus ils sortiront de l'ordinaire tout en restant "identifiants", plus vous aurez de chance d'accrocher le public et, avant lui, producteurs et diffuseurs.

216 - J'ai écrit la bible d'une comédie qui décrit précisément l'élément déclencheur que contient le premier épisode vers les épisodes suivants. Toutefois, ce premier épisode est loin d'être achevé.

Puis-je d'ores et déjà proposer ma bible à un producteur ou est-ce prendre un risque ?
On m'a dit que toute bible dont le premier épisode n'est pas développé peut être proposée par une production à un scénariste, qui devient alors co-auteur d'office, même sans l'accord de l'auteur de la bible. Qu'en est-il ?

Pour que votre bible soit digne de ce nom, il vous faut (entre autres) en écrire le premier épisode et le pitch des 10 épisodes suivants. Ne serait-ce que pour en donner le ton et en prouver la récurrence.

Concernant l'adjonction d'un co-auteur, il est vrai que cela est souvent proposé, mais à partir du moment où vous êtes dépositaire des droits, rien ne peut se faire sans votre accord.

217 - Où se procurer la bible de téléfilms ou séries ?

Les bibles se trouvent chez les producteurs. Mais attention, ils n'aiment pas les faire lire. Ils partent du principe que le meilleur moyen de saisir une série est de la regarder.

218 - Selon vous, à la question : " à qui s'adresse mon scénario ", il n'y a qu'une réponse possible : " à ceux qui aimeront le film ! ", revenant à dire que la fiction doit s'adresser à tout le monde. Mais n'est-ce pas limiter le scénario au cinéma, en excluant la télévision et l'importance des annonceurs ? Par exemple, qu'en est-il d'une série animée dont une cible précise (ex : 8-12 ans, au lieu d'un projet qui pourrait réunir les 4-18 ans) est le plus souvent recherchée par les sociétés de production et plus encore par la télévision ?

Lorsque je prétends que votre scénario s'adresse d'abord à ceux qui aimeront le film, il s'agit en fait d'expliquer qu'avant d'écrire, il faut savoir à qui l'on désire s'adresser. La réponse à cette question peut aussi bien être "les petits garçons de 8-12 ans", que "tous les publics, de tous âges". Et cela ne se limite aucunement au cinéma. Lorsque vous écrivez pour la télévision vous devez vous poser réellement les mêmes questions.

219 - Est-il possible d'être embauché par une chaîne de télévision pour travailler comme scénariste ?

En France, les scénaristes sont toujours indépendants. Libre à eux de se former en pool d'auteurs, mais il faut savoir que ni les chaînes, ni les producteurs n'emploient de scénaristes.

220 - Lors de l'écriture d'une sitcom, y a-t-il une présentation particulière de la continuité dialoguée ?

A moins que la production ait des exigences particulières, il convient d'écrire une sitcom comme n'importe quel autre scénario.

221 - Je travaille sur une fiction de 90' pour la télé. Mon idée est de découper le film en séquences de 2' maximum, est-ce efficace ?

Des séquences de 2' risquent de paraître un peu longues pour la télévision. En règle générale, un téléfilm comprend de 80 à 100 séquences... mais il y a des exceptions, bien entendu.

222 - Je n'arrive pas à trouver d'ouvrage ou de sites Internet qui traite de l'écriture de série télé (format 52 min). Pouvez-vous me renseigner ?

Je ne connais pas de site Internet ou d'ouvrage spécialisé dans la série télé. Toutefois, si vous voulez faire partie des auteurs d'une série, l'idéal est encore de s'adresser au producteur s'en occupant afin de savoir s'il recherche éventuellement des auteurs. Il est souvent risqué de s'aventurer dans l'écriture de ce genre de scénario sans savoir au préalable si la demande existe au niveau de la production.

223 - J'ai deux projets de scénarios de téléfilm, j'aimerais savoir comment approcher les chaînes de télévision ou les producteurs.

Le plus simplement du monde, en leur envoyant votre scénario. Mais attention, il vous faut faire un choix préalable. N'envoyez pas votre scénario en même temps aux chaînes et aux producteurs.

224 - Pour la présentation d'un projet de série TV, que faut-il avoir, outre la bible, plus le synopsis et la continuité dialoguée de l'épisode pilote ? Est-il utile de présenter des traitements d'un ou deux épisodes ? Accompagner son projet de supports graphiques ou audio est-il une bonne idée quand on présente une histoire se passant dans un univers décalé (histoire de se mettre dans l'ambiance et de se démarquer) ?

Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de travailler le traitement (20 à 30 pages) d'un ou deux autres épisodes. Par contre, envoyez le pitch (10 à 15 lignes) des 5 ou 10 épisodes suivants.

L'adjonction de supports graphiques ou audio ne me paraît pas utile dans un premier temps. A la limite, spécifiez au producteur que vous les tenez à sa disposition, mais ne le submergez pas de documents.

225 - Je voudrais écrire une fiction de 90' pour la télévision case samedi soir France 3. Quelle est la marche à suivre ?

Assurez-vous que l'histoire correspond réellement aux critères de la grille de programme que vous visez.

226 - J'écris une série au sujet d'une fille qui a grandi en Colombie, qui vient passer sa terminale à LA et qui va vivre chez son oncle. C'est un mélange de Friends et de Dawson. Pensez-vous que ce projet peut accrocher les gens ?

N'étant pas producteur et moins encore diffuseur, il me sera difficile de répondre à votre question avec certitude. Cependant, je crains que si votre action se situe à L.A vous n'intéresserez pas les productions françaises. En effet, les Américains savent très bien faire des séries américaines. N'allons pas les copier. Le problème est qu'en voulant faire du Friends, on fera invariablement du "sous Friends". Ce n'est pas notre vocation.

227 - Si un synopsis de 3 pages pour une fiction télé intéresse un producteur ou une chaîne, sont-ils à même de choisir un auteur qui travaille avec eux pour écrire le scénario ? Quelle serait la possible intervention de l'auteur du synopsis dans l'écriture du scénario ? Comment sont répartis les droits d'auteurs ?

Votre question est assez complexe dans la mesure où vous ne prenez pas forcément les choses par le bon bout. Franchement, il est rarissime qu'un synopsis de trois pages, venant d'un auteur inconnu, puisse donner lieu à une fiction télé. Cela peut surprendre, mais les producteurs ne sont pas réellement à la recherche d'idées unitaires. Tout le monde en a. Le problème, la difficulté, c'est le traitement. La façon dont l'idée sera développée.

Après, si l'on vous adjoint un co-auteur, il n'y a pas de règle spécifique. Le partage des droits se discute au préalable jusqu'à obtenir un accord de chacune des parties.

228 - Combien un scénariste peut-il négocier la conception (idée, bible et synopsis) d'une série TV ou d'une sitcom ?

Sincèrement, vous placez la charrue avant les boeufs. Cependant, pour répondre à votre question, sachez qu'il n'y a pas de prix fixé pour ce genre d'oeuvre.

A qui vendez-vous ? TF1 ou ARTE ? Et puis, à quel point votre projet est-il "indispensable" à la grille du diffuseur éventuellement prêt à acheter votre travail ?

Les règles du marché audiovisuel sont exactement les mêmes que celles de n'importe quel autre marché. Il s'agit de l'éternel combat de l'offre et de la demande.

Le seul conseil que je puis vous donner est de ne pas raisonner qu'en matière de finance, mais aussi en matière d'opportunité. Vendre une série à un diffuseur, c'est toujours, forcément, bénéfique.

Pour répondre définitivement à votre question, je ne vois qu'une autre question : à combien vous estimez-vous ?

229 - Que peut espérer le scénariste d'un téléfilm ?

Là encore, tout dépend. TF1 vous paiera davantage qu'ARTE. Par ailleurs, un scénario ne se vend pas à la page mais à la "destination" et à la minute de diffusion. Téléfilm en prime time ? Sitcom ? Les tarifs ne sont pas les mêmes. Disons, globalement, qu'un prime time TF1 de 90 minutes se monnaie aux environs de 20 000 euros auxquels s'ajoutent les droits d'auteur après diffusion, rediffusion et vente à l'étranger (Europe en général).

230 - Actuellement, je travaille sur le synopsis d'une fiction historique pour la TV qui exige un important travail de documentation. En conséquence, est-il correct de demander un peu plus pour l'importance du travail fourni ?

A partir du moment où rien ne vous a été commandé, vous ne pourrez exiger quelque supplément que ce soit et ce, quel que fut votre investissement préalable. Il faut comprendre que si votre scénario intéresse un producteur, c'est en tant que produit fini. Et peu importe le temps et le travail qu'il a exigé.

231 - Pouvez-vous me donner le salaire moyen d'un scénariste qui travaille en pool pour des fictions télévisées ?

A ma connaissance, il n'existe pas réellement, en France, de scénaristes salariés. En tant qu'auteurs, vous ne percevrez pas de salaire mais des "droits". Généralement, les auteurs travaillant en pool se partagent, de façon plus ou moins équivalente, les droits inhérents à leur travail. Ceux-ci, ainsi que leur répartition sont définis à l'avance et font l'objet d'un contrat entre les auteurs et le producteur.

232 - J'aimerais savoir ce que perçoit le créateur d'une série télévisée, même s'il n'intervient plus dans l'écriture ou dans la réalisation ? Pouvez-vous également me préciser le fonctionnement pour les USA ?

En France, le créateur d'une série touche des droits sur chaque épisode diffusé, qu'il participe ou non à l'écriture des scénarios.

Aux USA, l'auteur vend ses droits au producteur. C'est à dire qu'il touche une somme importante pour le concept de la série, mais ne perçoit plus rien ensuite. Sauf s'il l'exige par contrat.

3. Les reportages et documentaires

233 - J'aimerais suivre un cours sur le scénario de documentaire.

Votre demande est très spécifique. Une seule école en France est réellement réputée dans ce domaine. Il s'agit des Ateliers Varan.

6 impasse Mont-Louis, 75 011 PARIS
Tél : 01 43 56 64 04 - Fax : 01 43 56 29 02
Email : varan@easynet.fr

234 - Qu'en est-il de l'écriture documentaire ?

L'écriture du film documentaire répond à d'autres normes que celles de la fiction. Même si, de plus en plus fréquemment, les documentaires sont présentés sous forme de fausses fictions.

235 - Les lois de la dramaturgie que vous décrivez peuvent-elles être adaptées aux documentaires ?

Absolument. De plus en plus, les documentaires prennent la dramaturgie pour base. Le meilleur moyen permettant de concilier scénario et documentaire est de raisonner en terme de dramaturgie, de construire votre documentaire en y incluant les principes fondamentaux de toute oeuvre fictionnelle : trois actes fondateurs, noeuds dramatiques, protagonistes et nécessités profondes.

236 - J'ai une idée pour une série d'émissions pour la télévision. Dois-je présenter un synopsis s'il s'agit d'une série de reportages différents avec un thème commun ?

L'idéal dans votre cas est de présenter non pas un synopsis mais un argumentaire expliquant en quoi cette série de reportages est pertinente. Ensuite, envoyez un pitch de chacun des reportages (une quinzaine de lignes sur son contenu).

237 - Je vais pour la première fois proposer un synopsis à une société de production. Je suis caméraman. C'est un reportage sur Le Crillon. Comment dois-je vendre mon idée ? Dois-je noter les plans possibles ?

Dans ce cadre-ci, très proche du reportage, les plans n'ont pas d'importance liminaire. Ce qui intéressera un producteur, ce sera votre vision du sujet, votre traitement, votre approche, ce que vous avez à dire et le pourquoi vous voulez le dire. En quoi cela intéressera les téléspectateurs, et de quelle chaîne, dans quel cadre. Le reste se discutera après.

238 - Je viens de vendre un de mes scénarios documentaire à une chaîne de télévision régionale française. Combien puis-je demander comme rémunération à la société qui se charge des négociations avec le réalisateur ? Si je le réalise, est-ce plus intéressant financièrement ?

Sur un plan purement financier, il est toujours plus intéressant de réaliser soi-même ce que l'on a écrit. Cela permet en effet d'être rémunéré en tant que réalisateur et en tant que scénariste. Mais je pense que votre principal souci ne devrait pas se situer ici. Demandez-vous d'abord si vous vous sentez réellement capable de réaliser et si vous en avez vraiment l'envie. N'oubliez pas qu'un film mal réalisé sera pour vous un échec à tous les niveaux. Surtout si c'est vous qui vous trouviez derrière la caméra.

4. Autres

239 - Comment présenter des concepts d'émission pour la télévision ?

Il n'existe pas, dans ce domaine, de règle précise, ni de passage obligatoire ou de cahier des charges à respecter. Si vous avez une idée d'émission, l'idéal est de la présenter le plus clairement possible, en précisant tous les dérivés possibles (jeu par appel sur un numéro 08, partenaires éventuels, côté événementiel, etc.) Vous pouvez également parler du style de présentation que vous entrevoyez ainsi que des thématiques "jeu" ou "information" qui pourront être développées.

240 - Y a-t-il une méthodologie particulière pour scénariser un film d'animation de tout ordre (Dessin animé, manga, marionnette, pâte à modeler, image de synthèse etc...) ?

Pas réellement. La seule chose à prendre en compte est le cahier des charges. C'est à dire les indications du producteur qui vous passe ce style de commande. Pour le reste, vous retrouverez toujours les points fondamentaux de la dramaturgie.

241 - J'aimerais savoir si un scénario de BD a plus ou moins la même structure qu'un scénario de film ou s'ils s'opposent foncièrement.

Concernant la BD et le cinéma, il est vrai qu'il peut exister quelques différences mais, fondamentalement, la dramaturgie demeure la même. Toute narration, en règle générale, prend les mêmes axes fondamentaux. Je donne d'ailleurs des cours de scénario dans une école spécialisée dans la BD et les DA.

Tant que vous racontez une histoire, et quel qu'en soit le support, vous aurez toujours des personnages, avec des nécessités, rencontrant des obstacles, etc.

242 - Comment doit-on écrire un scénario pour un spot publicitaire de 30 s ou une 1min ?

Au niveau de la forme, le scénario doit se présenter en continuité dialoguée. Éventuellement, si vous visualisez parfaitement l'oeuvre finale, vous pouvez faire un story board ou écrire sous forme de découpage technique. Ensuite, je vous conseille de joindre au scénario une grille analytique démontrant l'impact psychologique de chaque étape du film publicitaire, voire de chaque plan, sur le spectateur.

243 - Comment quelqu'un qui ne connaît pas grand-chose, ni grand monde, dans le multimédia, peut-il proposer un scénario de jeu informatique ?

Sur un plan purement narratif, le jeu vidéo est proche du film. Les principaux ingrédients dramatiques s'y retrouvent de façon très nette : Personnages - Nécessités - Obstacles - Actions.

Songez également que, comme en matière de télévision, vous avez de multiples impératifs à gérer, une sorte de cahier des charges à respecter, élaboré en fonction de la destination du jeu et de la technologie mise en oeuvre. Mais ce travail, pour aboutir au produit fini, se fait (presque) toujours en groupe dans un bureau de développement. Dans ce domaine, il est inutile de vouloir travailler chez vous, en solitaire. Ainsi, un pool idéal se compose d'un scénariste connaissant parfaitement bien les rouages de la dramaturgie, d'un technicien possédant toutes les données technologiques et d'un informaticien voyant d'emblée ce que le produit final pourra donner. Si vous débutez dans ce domaine, je ne puis que trop vous conseiller d'écrire aux sociétés de développement de jeux vidéo, en vous présentant en qualité de scénariste passionné par ce domaine. N'hésitez surtout pas, la demande est importante.

B. Quelques métiers liés au scénario

1. Le scénariste et le réalisateur

244 - Pourquoi en France, est-il plus souvent d'usage qu'un réalisateur soit aussi le scénariste, contrairement à la méthode américaine qui dissocie vraiment les deux ?

Attention, cela n'est vrai qu'en matière de cinéma. La télévision, a contrario, a fait depuis longtemps une réelle scission entre les deux. Et elle a raison ! Les deux métiers sont fondamentalement différents et il est aberrant d'exiger d'un scénariste d'avoir également le sens de l'image, de la technique et de la direction des acteurs. Cependant, cette tendance disparaît peu à peu, privilégiant le travail d'équipe à celui de l'artiste solitaire.

245 - La grande majorité des films français, au cinéma, sont écrits ou co-écrits par le réalisateur. Faut-il penser qu'un pur scénariste n'a aucune ou peu de chance de voir un scénario original pris par le cinéma ? Ce type de scénario doit-il se destiner à la télévision ?

S'il est vrai que la scission scénariste/réalisateur est plus flagrante à la télévision qu'au cinéma, il existe de plus en plus de films cinéma qui ne sont pas écrits par le réalisateur. Cependant, le réalisateur cinéma retravaillant plus souvent le scénario que le réalisateur TV, son nom est souvent adjoint à celui des auteurs. Mais ne vous y trompez pas, un nom sur un générique n'indique jamais la proportion de travail effectué.

246 - Quels sont les principaux critères sur lesquels se basent les réalisateurs pour accepter un scénario ?

Les "grands" réalisateurs, disons les plus célèbres, ceux qui n'ont réellement plus besoin de tourner pour vivre et être reconnus, se basent uniquement sur leur goût propre. Les autres, généralement, sont choisis par le producteur, en fonction de ce qu'ils ont déjà fait et de l'adéquation de leur style avec le scénario à filmer. Mais n'oubliez pas qu'en tant que scénariste, votre interlocuteur privilégié se nomme "producteur" et non "réalisateur".

247 - Puis-je proposer à un producteur de réaliser moi-même mon scénario, et ce, sans aucune expérience de mise en scène ?

Si vous êtes conscient du fait qu'écrire et réaliser sont deux métiers fondamentalement différents, tout est possible... surtout si vous avez du talent dans chacun de ces domaines.

Dans ce cas, un producteur intéressé par votre scénario vous demandera d'écrire et de tourner deux ou trois courts métrages avant de vous confier le long.

248 - Est-il d'usage qu'un scénariste qui ne réalise pas son film participe au tournage ?

Non, au contraire, sauf accord avec le producteur et le réalisateur. En effet, le scénariste est souvent considéré, à juste titre, comme un trublion sur un plateau de tournage. Ses éventuelles intrusions quant à ce que fait le réalisateur est aussi gênant pour ce dernier que pour les comédiens et les techniciens. De plus, une journée de tournage étant extrêmement onéreuse, la présence du scénariste risque de représenter une perte de temps et donc d'argent. Cela étant, sur certains tournages, face à certaines difficultés, le scénariste peut être appelé en dernier recours... mais cela est assez rare.

249 - Les scénaristes passés à la réalisation comme Francis Veber ou Danielle Thompson ont-ils pris des cours dans des écoles ou ont-ils appris sur les plateaux ?

J'ignore le parcours exact de chacun d'eux, mais il est certain que le scénario ne s'apprend pas sur un plateau. Eventuellement dans les bureaux d'une maison de production. Et encore... La plupart des scénaristes n'étant pas passés par des écoles ont eu à l'origine une histoire qui a su séduire un producteur. Ensuite, ce dernier a dû faire les retouches nécessaires en accord avec l'auteur. Mais cette tendance s'amenuise proportionnellement à l'émergence des cours d'écriture de scénario. Les producteurs, en effet, attendent davantage des auteurs, prétextant que ce métier s'apprend plus facilement aujourd'hui qu'il y a dix ans.

250 - Je tourne en DV et j'aimerais faire le découpage en direct et non sur papier. Roberto Rossellini dit que lorsque tout est écrit, une fois sur les lieux, on rencontre des difficultés et il faut faire des changements, et c'est alors que la réalité vous joue des tours et vous force à revoir ce qui avait été prévu, il y a forcément des aléas. Qu'en pensez-vous ?

Votre question traite de réalisation et non de scénario. Ou, pour être plus précis, de la version "réalisateur" du scénario et non de celle du scénariste. Cependant, Roberto Rossellini a entièrement raison en parlant d'aléas. Le seul conseil que je puis vous donner est de prévoir... le prévisible. Un champs / contre champs - un plan américain - une contre-plongée, cela est toujours possible à effectuer. Par contre, pour ce qui est des mouvements de caméra (travelling, pano, etc.) attendez effectivement de connaître les conditions de tournage pour les valider. L'idéal, dans ce cas est de prévoir à l'avance une "sortie de secours" afin de ne pas être pris au dépourvu le moment venu.

251 - Peut-on réaliser ses films avec une simple caméra numérique et son ordinateur ?

Oui. C'est ce que l'on appelle des films de vacances. Il s'en fait deux millions par an en France. Mais pour espérer une quelconque diffusion, il vous faut écrire un scénario et partir, avec lui, à la recherche d'un producteur qui financera votre film.

252 - Quel est le plus grand scénariste actuel ? Et quel est le scénariste ayant eu ou ayant le plus grand succès ?

Personnellement, je me refuse à imaginer le cinéma comme une compétition pouvant déterminer le meilleur et le moins bon. Il existe des festivals (fort heureusement) qui décernent des prix. Moi-même, j'ai fait partie de plusieurs jury, mais je ne pense pas que le but soit de déterminer le meilleur. Il s'agit juste d'une appréciation personnelle vis à vis d'une oeuvre. Une fois qu'un film est bien construit et qu'il parvient à procurer les émotions qu'il désire transmettre, le pari est gagné.

2. Autres

253 - Je souhaiterais apprendre le métier de script-doctor. Est-ce judicieux d'imaginer commencer sur le terrain avec des réalisateurs débutants ? Comment présenter une telle requête aux boîtes de production ?

Il me semble que vous ne prenez pas tout à fait les choses par le bon bout. L'espace me manque ici pour vous décrire par le menu l'étendue des exigences du métier de script-doctor mais, pour résumer, sachez qu'il sollicite au préalable une connaissance parfaite et approfondie des structures dramatiques liées au scénario. Bien des scénaristes, d'ailleurs, ne sauraient être script-doctor et, paradoxalement, je dirais presque qu'un script-doctor ne donne pas forcément un scénariste de génie. On peut très bien, par exemple, posséder toute la logique scénaristique et n'avoir que peu d'imagination. C'est rarement le cas mais, dans l'absolu, ce serait concevable. Personnellement, au moment de travailler sur un scénario qui m'est confié, j'ai en tête une multitude de grilles analytiques au crible desquelles je passe le script.

Le métier de script-doctor ne s'apprend donc pas sur le tas et surtout pas en travaillant avec des réalisateurs, qui plus est, débutants... Même un scénariste professionnel - plus proche du script-doctor que le réalisateur - ne vous serait pas d'un grand recours. Réellement, c'est un métier très à part et peu connu en France, que seul un théoricien patenté de la dramaturgie pourrait vous inculquer.

254 - Auriez-vous des informations sur le poste de lecteur de scénario ? A qui s'adresser, comment cela se passe-t-il ?

Les lecteurs travaillent pour les chaînes de télévision et pour les grosses sociétés de productions. Chacune d'elles ayant ses propres critères de sélection, ses propres attentes et ses propres tarifs. En règle générale, il est demandé de lire un certain nombre d'oeuvres et de fournir une fiche de lecture détaillée. Cette fiche comprend des rubriques qui varient en fonction du demandeur.

Site de Jean-Marie Roth
Tous droits réservés