enregistrerfermerprécédentsuivant
zoom

L'action


Face à un obstacle, le personnage risque fort d'être amené à agir.

L'action n'est jamais gratuite, du moins pas dans son choix. Face à un même problème, il existe maintes façons d'agir. Et le choix du personnage, à ce niveau, est un élément essentiel au spectateur.

Sachez en substance qu'il existe deux formes d'action :

L'action physique et l'action émotionnelle.

  • Un homme court pour gagner une course : il s'agit d'une action physique
  • Un homme court pour rejoindre celle qu'il aime : il s'agit d'une action dite émotionnelle, puisque motivée par une émotion et provoquant une émotion "noble". Tant que le spectateur est sensé s'attacher au but profond du personnage, l'acte résultant est d'ordre émotionnel.
  • Un homme court pour gagner une course dans le but de séduire celle qu'il aime... il s'agit d'un acte émotionnel.

A cet endroit, votre rôle de scénariste consiste à bien savoir ce que vous voulez montrer au spectateur. Le jeune homme qui court pour gagner une course n'aboutit pas au même impact émotionnel que celui qui fait la même chose pour séduire sa dulcinée.

Le paysan qui prend son échelle pour cueillir des cerises, obtiendra un effet différent du pompier grimpant pour éteindre un incendie, ou de l'amant se hissant sur des échelons de soie afin d'atteindre le balcon de celle qu'il voudrait embraser.

En écrivant votre scénario, ne vous contentez jamais de voir quelques images. Vérifiez bien qu'elles correspondent à ce que vous voulez montrer.

Voilà, après ce résumé plus que concis des règles d'or de la dramaturgie appliquée au scénario, il ne me reste plus qu'à vous dire un mot de cinq lettres commençant par la lettre M... E... R... CI !

Merci de m'avoir lu.
Site de Jean-Marie Roth
Tous droits réservés